60742060_p

Depuis la nuit des temps, le domicile de l'homme est un espace réservé. Nul ne peut y entrer sans avoir signalé sa présence. C’est en partant de cette simple constations que Michel Kolsek, professeur d’Allemand, peintre connu et reconnu et aussi passionné par ces drôles d’objets que sont les marteaux et heurtoirs de portes que ce dernier a débuté la dernière conférence qui était organisée par l’association Lire à Saint-Pierre le mercredi 18 avril dernier dans la salle de la Fraternité..

À travers les âges, les représentations de marteaux et de heurtoirs pouvaient prendre une allure extrêmement simple, mais pouvaient aussi prendre l'apparence de corps de femme, de tête de lion et de bien d’autres éléments…

En fonction des régions, des époques aussi, de la condition sociale de ceux qui s'équipaient en heurtoir et marteaux, ces derniers pouvaient prendre différentes allures et représentaient aussi le niveau de vie des propriétaires. Il convenait donc au visiteur désireux d'entrer dans l'intimité familiale, de heurter à la porte pour indiquer son souhait d'être reçu. Le heurtoir était donc un élément essentiel de la porte pour se faire entendre et annoncer son arrivée. Michel Kolsek en s’appuyant sur de solides photographies prises ça et là, à Nevers, Saint-Pierre-le-Moûtier, mais aussi à Bourges et dans des musées de ferronnerie, a su passionner un public studieux et s’est prêté ensuite au jeu des questions-réponses.

La prochaine conférence programmée aura lieu le mercredi 18 avril prochain et l’association Lire à Saint-Pierre, une fois n’est pas coutume, recevra un auteur de romans en la personne de Serge Camaille qui sera mis sur la sellette par de nombreux lecteurs qui ne manqueront pas de l’interroger sur sa passion de l’écriture.